Vous êtes ici : IFH » Actualités de l'hypnose » Recherche et publications récentes – Janvier et Février 2011

Recherche et publications récentes – Janvier et Février 2011

 

>> Journal international d’Hypnose Clinique et Expérimentale

Au sommaire du numéro de Janvier 2011 de l’International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis :

>>Les effets de la formation en autohypnose et en restructuration cognitive sur l’intensité de la douleur quotidienne et sur la dramatisation chez des personnes souffrant de sclérose en plaques et de douleur chronique

Résumé : « Quinze adultes souffrant de sclérose en plaques ont suivi 16 séances de traitement contre la douleur chronique incluant 4 séances, chacune comportant 4 modules : 1) une intervention en contrôle de sensibilisation; 2) une formation en autohypnose (HYP); 3) une restructuration cognitive (RC); et 4) une intervention combinée d’hypnose et de restructuration cognitive(RC-HYP). Les résultats viennent confirmer les effets bénéfiques supérieurs de l’HYP, par rapport au RC, sur la douleur d’intensité moyenne. Le traitement RC-HYP semble avoir donné des effets bénéfiques supérieurs à ceux de la RC et de l’HYP, pris individuellement. D’autres recherches portant sur l’efficacité d’une intervention combinant la RC et l’HYP sont par conséquent recommandées. »

Références : Effects of Self-Hypnosis Training and Cognitive Restructuring on Daily Pain Intensity and Catastrophizing in Individuals with Multiple Sclerosis and Chronic Pain, Mark P. Jensen, Dawn M. Ehde, Kevin Gertz, Brenda L. Stoelb, Tiara M. Dillworth, Adam T. Hirsh, Ivan R. Molton et George H. Kraft

>>Les normes en matière de plan d’essais non pharmacologiques et de publication des conclusions de ceux-ci facilitent-elles les études portant sur l’hypnothérapie?

Résumé : « La conception et la qualité de 30 essais hypnothérapeutiques récents (menés de 2000 à 2008) ont été évaluées à l’aide de la liste de vérification utilisée dans l’évaluation des rapports de traitements non pharmacologiques (CLEAR-NPT). La répartition aléatoire a été adéquatement déclarée dans 53 % des études. Le masquage des participants et des chercheurs n’est pas possible dans le cadre d’études en hypnothérapie. Le masquage des évaluateurs est rarement introduit en essai clinique aléatoire (ECA) (27 %). Les rapports et la qualité des études publiées sur l’hypnothérapie ont besoin d’amélioration. Les investigateurs peuvent envisager d’utiliser la liste de contrôle CLEAR-NPT pour évaluer la qualité d’une étude, mais il faudra veiller à documenter l’adhésion au protocole d’intervention, la standardisation des co-interventions, les attentes et opinions des participants et des chercheurs et, enfin, l’hypnotisabilité des participants. »

Références : Do Standards for the Design and Reporting of Nonpharmacological Trials Facilitate Hypnotherapy Studies?Isabelle Marc, Marie-Claude Pelland-Marcotte et edzard Ernst

>> La suggestion analgésique hypnotique améliore la modulation de la douleur lombaire chronique en faisant appel au réseau émotionnel : Un étude de l’imagerie médicale obtenue à l’aide de la tomographie par émission de positons (TEP)

Résumé : « Cette étude visait à caractériser les réseaux neuronaux mis en cause chez des patients lombalgiques chroniques durant une hypnoanalgésie. Une TEP a été effectuée sous deux états de conscience : en éveil normal et sous hypnose. Deux groupes de patients ont reçu une suggestion analgésique directe ou indirecte. L’état d’éveil normal montrait une activité dans un réseau cognitivo-sensoriel de la modulation de la douleur, notamment dans le cortex frontotemporal, l’insula, le cortex somesthésique et le cervelet. L’état hypnotique activait un réseau émotionnel de modulation de la douleur, y compris le cortex frontotemporal, l’insula, le noyau caudé, l’accumbens, le noyau lenticulaire et le cortex cingulaire antérieur (CCA). Une suggestion directe activait les processus cognitifs par voie des cortex frontal, préfrontal et orbitofrontal, alors qu’une suggestion indirecte activait un réseau plus étendu et plus émotionnel comprenant le cortex frontal, l’insula antérieur, le lobule pariétal inférieur, le noyau lenticulaire et le CCA. Confirmés par des données d’échelle analogique visuelles, ces résultats indiquent que la modulation de la douleur chronique est supérieure sous hypnose, laquelle augmente l’étendue des deux réseaux activés. »

Références : Chronic Low-Back Pain Modulation Is Enhanced by Hypnotic Analgesic Suggestion by Recruiting an Emotional Network: A PET Imaging Study 
Fanny Nusbaum, Jérôme Redouté, Didier le Bars, Pierre Volckmann, François Simon, Salem Hannoun, Gérard Ribes, Jacques Gaucher, Bernard Laurent et Dominique Sappey-Marnier

 

>>Un essai clinique comparatif à répartition aléatoire sur les effets de l’hypnose, avec animation en réalité virtuelle 3D, sur la fatigue, l’humeur et le cortisol salivaire

Résumé : Des études de cas indiquent que l’hypnose, accompagnée d’un élément de réalité virtuelle (RV), peut s’avérer une intervention efficace, bien que peu d’études comparatives de suivi à répartition aléatoire aient comparé ces interventions avec des traitements hypnotiques standards. Trente-cinq participants en bonne santé ont été choisis au hasard pour recevoir l’autohypnose avec imagerie en réalité virtuelle, l’autohypnose standard, ou des interventions utilisant la relaxation. Les modifications du sommeil, du niveau de cortisol et de l’humeur ont été examinées. L’autohypnose consistait en 10 séances de 20 minutes chacune de visualisation d’un scénario de saine immunité. La concentration a également été enregistrée en tant qu’agent possible de régulation. Une régression modérée a indiqué que les deux interventions hypnotiques produisaient des coefficients de fatigue significativement inférieurs à ceux de la relaxation, lorsque la concentration était élevée. Lorsque la concentration était faible, la RV produisait des coefficients de mobilisation significativement plus élevés, même si ces résultats n’entraînaient pas d’amélioration démontrable des résultats. Cette étude indique que l’imagerie en RV peut augmenter la mobilisation par rapport aux méthodes traditionnelles, mais une étude plus poussée de son potentiel d’amélioration de l’efficacité thérapeutique est nécessaire.

Références : A Randomized Controlled Trial of the Effects of Hypnosis with 3D Virtual Reality Animation on Tiredness, Mood and Salivary Cortisol, Trevor Thompson, Tony Steffert, Anthony Steed et John Gruzelier

Dautres articles dans ce numéro de janvier 2011 :

>> Réceptivité aux suggestions hypnotiques : Attentes, attitudes, tendance aux fantasmes, absorption et sexe des participants

Références : Hypnotic Responsiveness: Expectancy, Attitudes, Fantasy Proneness, Absorption, and Gender, Joseph P. Green et Steven Jay Lynn

>>De l’histoire des troubles dissociatifs de l’identité en Allemagne : Le docteur Justinus Kerner et la fille d’Orlach ou la possession en tant qu’« échange du soi »

 

Références : On the History of Dissociative Identity Disorders in Germany: The Doctor, Justinus Kerner and the Girl From Orlach or Possession as an “Exchange of the Self”, Burkhard Peter

>>Un étranger dans le miroir : Créer par l’hypnose la conviction délirante que la réflexion de soi dans le miroir représente un étranger

Références : A Stranger in the Looking Glass: Developing and Challenging a Hypnotic Mirrored-Self Misidentification Delusion
Amanda J. Barnier, Rochelle E. Cox, Michael Connors, Robyn Langdon et Max Coltheart

D’autres publications récentes…

>> Stérilisation tubaire par voie hystéroscopique avec le système Essure® : étude descriptive et évaluation de l’efficacité de l’hypnose

E. Gauchotte , C. Masias, N. Bogusz, A. Koebele, Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, 2011.02.007 > En savoir plus


>> American Journal of Clinical Hypnosis

Le Numéro Janvier 2011 est paru : voir le sommaire


Partager la publication

Imprimer
Dernière modification : 26 mars 2018
ca2c27f2d5c40b8503c87e1e4b2cabfattttttttttttttttttDo NOT follow this link or you will be banned from the site!