Vous êtes ici : IFH » Actualités de l'hypnose » Sylvie Le Pelletier-Beaufond

Sylvie Le Pelletier-Beaufond

Médecin psychothérapeute, formatrice à l’IFH, auteure de l’Abécédaire François Roustang et animatrice de l’atelier “Approche de la thérapie par l’hypnose selon François Roustang”

1. Est-ce que vous pourriez vous présenter en quelques mots ?

Médecin de formation, je suis psychothérapeute, hypnothérapeute ainsi que thérapeute de famille et de couple, installée à Paris, en cabinet privé depuis le tout début des années 1990. Je me suis formée initialement à l’hypnose il y a trente ans à l’Institut Milton Erickson de Paris. J’ai ensuite suivi de nombreux séminaires et formations tout au long de mon exercice. J’ai ainsi, comme nombre d’entre nous, eu la chance de croiser François Roustang sur mon parcours de thérapeute et de pouvoir bénéficier de sa présence dans des groupes de travail et de supervisions. Puis, nous avons poursuivi, lors de rencontres régulières et ce jusqu’à sa disparition, nos discussions autour de l’hypnose et de sa pensée. Ces moments d’échanges ne furent pas seulement l’occasion d’aiguiser mon regard ou de bénéficier de ses commentaires sur son approche – ou d’autres -, mais furent aussi le lieu que François Roustang savait offrir à chacun afin de développer une pensée propre et une pratique personnelle.

2. Qui était François Roustang ?

Il serait bien présomptueux de vouloir dire en quelques mots qui était François Roustang. Il faudrait bien des écrits et des discussions avant de pouvoir définir la personne de François Roustang. Je crois que l’on peut dire peut-être ici que son parcours fut avant tout guidé par la nécessité d’aider les autres dans leur chemin de vie, qu’il fut jésuite, psychanalyste et enfin hypnothérapeute. Il a confronté cette nécessité au prisme de la philosophie, de diverses pensées dont certaines orientales, au prisme de l’art et de la littérature. François Roustang, homme érudit, écrivain, est un philosophe de l’action, un transmetteur, un thérapeute, j’oserais dire un guérisseur. Son savoir en effet disparaît dans le souci ultime qu’une modification apparaisse chez les personnes qui viennent le voir. Et il invite, de façon impérative, les thérapeutes que nous sommes à ne pas nous cantonner à ce que nous pouvons ou savons faire mais à réfléchir sans cesse à notre pratique clinique. François Roustang n’est pas en réalité un théoricien de l’hypnose mais un questionneur des processus thérapeutiques en jeu dans l’hypnose.

3. Vous avez écrit un abécédaire en collaboration avec François Roustang, qu’est-ce qui vous a particulièrement intéressé chez lui ?

Nous avons élaboré ensemble, à la fin de sa vie, un Abécédaire qui reprend de façon succincte de courts extraits ou citations de ses textes et ouvrages centrés sur l’hypnose. Cet Abécédaire, tel qu’il l’a souhaité, est un livre pivot : chaque « entrée » de cet abécédaire constitue un des éléments qui dessinent sa pensée ; on y trouve tous les termes importants pour François Roustang : l’harmonie, l’attente, la décision, le geste, le rire ou le silence… L’idée de François Roustang est de citer dans cet ouvrage tous les termes essentiels selon lui dans le champ de la thérapie, et donc de l’hypnose, de sorte que chacun, à sa guise et à sa manière, puisse approfondir l’un ou l’autre des thèmes. Cet Abécédaire constitue en quelque sorte le support d’une mise en questionnement personnel de la pratique de l’hypnose et de la thérapie, du côté du thérapeute comme du patient, et une ouverture à d’autres champs.

4. Qu’est-ce qui vous a donné envie de proposer une formation sur l’Approche de la thérapie par l’hypnose selon François Roustang ?

Je souhaiterais, comme d’autres avec moi, partager, autant qu’il est possible, ce que nous a transmis François Roustang, autour en particulier de la posture et la place du thérapeute, la notion de changement en thérapie par l’hypnose et de ce que nous pouvons réfléchir de notre pratique pour aider nos patients. Je voudrais proposer aux participants de prendre une sorte de position « méta » par rapport à l’hypnose et de ne pas se cantonner aux procédés ou méthodes ou scripts qui seraient supposés opératoires. Car la pensée de François Roustang conduit le thérapeute non seulement à découvrir de façon plus aisée la manière d’éclairer les ressources qui seront utiles pour le patient, mais aussi à asseoir un confort, une simplicité et une profondeur dans le travail du thérapeute.
J’ai écrit récemment une dizaine de courtes « Notes selon François Roustang » dans la revue Hypnose et Thérapies brèves ; chacune de ces notes se proposait de reprendre un des concepts de la pensée de notre auteur et de l’accompagner d’une petite illustration clinique. Cet exercice m’a conduite effectivement à envisager une formation, ou plutôt un cycle approfondi, sur l’approche de François Roustang, dans les mêmes perspectives, à savoir : évoquer, dessiner l’approche de notre auteur, en retirer les concepts importants mais surtout les relier à la clinique c’est-à-dire mettre en acte et en exercice tout au long du cycle les idées fortes de François Roustang afin que la pratique de chaque hypnothérapeute en soit modifiée et assurée de façon confortable et personnelle.

5. Quelles sont les grandes lignes de ce cycle approfondi « l’Approche de la thérapie par l’hypnose selon François Roustang » ?

Nous reverrons ensemble pendant ce cycle d’abord François Roustang opérer en tant que thérapeute et nous l’écouterons dans quelques-unes des présentations de son approche. Nous reprendrons ainsi au fur et à mesure les grandes lignes de sa pensée, en nous appuyant parfois sur ses écrits pour bien définir le contexte dans lequel il suppose l’hypnose et l’efficacité de celle-ci. De là, nous reverrons la notion de thérapie selon notre auteur et travaillerons essentiellement sur la position du thérapeute et son travail dans les séances. Nous envisagerons ainsi tout au long de ces journées de très nombreuses situations cliniques et feront des exercices pratiques pour ajuster, à chaque situation particulière, le travail du thérapeute autour des notions d’accueil du patient, d’attente, de leviers thérapeutiques, de résistances, de difficultés… L’important est la mise en acte dans chaque situation d’hypnose de la pensée de l’auteur.

6. Quel est l’intérêt de ce format « Cycle approfondi » ?

L’idée de ce « cycle approfondi » s’est imposée d’abord à la suite d’un premier week-end de formation effectué il y a quelques temps à l’IFH sur la pensée de François Roustang qui nous avait, formateur et stagiaires, paru trop court et nécessitait une sorte de « suite » afin de prendre la mesure des acquisitions à l’œuvre, des difficultés éventuelles ou des questions qui se poseraient. D’autre part, il me semble qu’il est important de nous arrêter plus longtemps sur la clinique et de faire de plus nombreux exercices car ce qui est essentiel pour bien pratiquer en tant que thérapeute est de bien connaître cette expérience : plus nous faisons des expériences différentes, plus nous savons accompagner nos patients. Aussi, nous envisagerons au cours des journées les situations cliniques les plus fréquentes ou celles que chacun apportera et nous les aborderons, regarderons et les remettrons en jeu selon le prisme de l’approche de François Roustang. Le fait de proposer un cycle étendu, nous permet d’avoir le temps entre les séquences de formation de laisser se faire l’expérience, de s’approprier les éléments évoqués, de remarquer peut-être les freins et les difficultés, de noter les situations plus difficiles apparemment afin que nous les reprenions ensemble, toujours selon l’angle de François Roustang. Les apprentissages s’ancreront ainsi.

7. A qui s’adresse cette formation ?

Cette formation s’adresse de fait à des personnes déjà formées en hypnose et spécifiquement en hypnothérapie, ayant une pratique débutante mais notable ou, bien sûr, une pratique bien assise à leur actif en hypnose. Les sessions s’adressent donc aux thérapeutes qui utilisent déjà l’hypnose dans leur thérapie et qui ont une formation clinique : psychologues ou psychothérapeutes, psychiatres…

8. Que sauront faire les participants à l’issue des 5 jours de formation ? En quoi pensez-vous que leur approche aura évolué ?

Je dirais plutôt, au bout de ces cinq jours de formation, que les participants auront d’une part intégré et interrogé les grandes lignes de l’approche de François Roustang, mis en pratique et en œuvre les fondamentaux de celle-ci dans leur posture de thérapeute qui en découle, se seront approprié à leur manière et avec une grande liberté ce qui leur paraît convenir à leur propre parcours. L’essentiel de leur approche sera une plus grande liberté, simplicité et présence auprès de leurs patients, dégagés de toute contrainte méthodologique pour laisser se déployer une créativité de chaque instant. En somme, l’expérimentation d’une aisance dans le travail thérapeutique par l’hypnose est le maître mot de cette proposition de formation, pour que le patient lui-même découvre cette aisance dans les changements à venir : un savoir-être, progressivement, plutôt qu’un savoir-faire.

9. Est-ce que vous souhaiteriez ajouter un dernier mot pour conclure ?

De fait, chacun des participants ne doit pas s’attendre à « modéliser » le travail de François Roustang, mais découvrir comment il pourra trouver la meilleure posture en fonction de ce qui le constitue en tant que thérapeute et sans doute grâce aux différents exercices d’hypnose.


Partager la publication

Imprimer
Dernière modification : 20 mars 2020
12ada2106cd9214650ad841fc42a7b66mmmmDo NOT follow this link or you will be banned from the site!