Vous êtes ici : IFH » Isabelle Nègre et Chantal Wood : Quelle prise en charge pour la douleur ?

Isabelle Nègre et Chantal Wood : Quelle prise en charge pour la douleur ?

Entretien réalisé par Maximilien Bachelart 

Le site Sciences Humaines propose un entretien mené par Maximilien Bachelart avec le Dr Isabelle Nègre et le Dr Chantal Wood, responsables des unités d’évualution et de traitement de la douleur de l’hôpital Bicêtre et de l’hôpital Robert Debré. Elles dressent ensemble le bilan des connaissances actuelles sur la douleur, des avancées dans sa prise en charge et du rôle des unités douleurs dans ce contexte.

Isabelle Nègre rappelle ainsi que la réduction de la douleur à un symptôme physiologique limite les possibilités de prise en charge.
Elle explique que l’interprétation que le patient fera de sa douleur, les peurs qui y sont associées peuvent exacerber les sensations douloureuses et que le déni de la douleur de la part des soignants peut entraîner le patient dans un cercle vicieux.

« Il est tout à fait inadmissible d’avoir mal, car on peut venir à bout de la douleur dans 80 à 90 % des cas. Bien que la douleur soit le motif le plus fréquent de consultation ou d’hospitalisation, les soignants s’occupent davantage de la recherche de l’étiologie, c’est à dire de la cause de cette douleur, que de sa prise en charge. » souligne Isabelle Nègre.

Dans la prise en charge de la douleur les techniques non-médicamenteuses sont de plus en plus reconnues explique Chantal Wood. La reconnaissance de l’influence des émotions et des cognitions sur la douleur a permis notamment de développer l’usage de l’hypnose dans les hôpitaux. L’introduction de cette technique a été facilitée par les études sur l’hypnose et la douleur à l’aide de l’imagerie médicale : »Actuellement grâce à l’IRM fonctionnelle, nous avons les preuves certaines que nos attentes, nos émotions, notre mémoire, jouent un rôle sur la physiologie de la douleur ».

Dans ce contexte, les unités douleurs ont un rôle de veille et d’enseignement au sein des hôpitaux. Parmi leurs missions : objectiver le ressenti douloureux, le mesurer, sensibiliser les soignants à la prise en charge de la douleur. Les unités douleurs interviennent également dans le traitement des douleurs rebelles. Elles facilitent également le lien entre le soignants, le psychologue et le médecin de ville afin de permettre une prise en charge globale du patient. Comme le précise le Dr Chantal Wood : « Le problème est de faire comprendre qu’il n’y a pas d’antinomie. Le travail de chacun, celui du psychologue et celui du médecin, doit s’intégrer dans une cohérence et une synergie mutuelle. »

Elles font également le bilan du plan douleur 2006-2010 initié par le ministère de la santé et soulignent ses répercussions positives mais évoquent également leurs inquiétudes quant aux moyens déployés dans la prise en charge de la douleur suite à l’arrêt de ce plan : « le travail est loin d’être terminé » explique Isabelle Nègre « la douleur post-opératoire n’est pas parfaitement prise en charge et les soignants ne sont pas encore complètement sensibilisés. Les regroupements hospitaliers impliquent une diminution des postes, une diminution des centres anti-douleurs, et la situation risque de se détériorer au détriment bien sûr de ceux qu’on appelle maintenant ‘les usagers' ». 

(30/03/11)

> Consulter l »article sur Sciences Humaines

Partager la publication

Imprimer
832ae23d79dc3a9ee5f9d9d1fb23fa05gggggggggggggggggggggggggggggDo NOT follow this link or you will be banned from the site!