Vous êtes ici : IFH » Actualités de l'hypnose » Portrait de formateur – Christine CAZARD-FILIETTE

Portrait de formateur – Christine CAZARD-FILIETTE

A propos de Christine Cazard Filiette, Médecin algologue en consultation douleur

 

Quelques mots sur votre parcours professionnel.

Jeune médecin généraliste, après des remplacements en ville, j’ai rapidement mis en place des consultations de médecine alternative comme acupuncteur, phyto-oligothérapeute, mésothérapeute en centre de santé. J’ai exercé, en parallèle, comme médecin de PMI auprès de jeunes enfants.
Puis ma formation en hypnothérapie et en hypnoanalgésie à l’IFH m’a naturellement conduite à faire une Capacité Douleur.
J’ai ainsi pu créer des consultations prenant en charge la douleur chronique en Centre de Santé et prendre la responsabilité d’une Structure Hospitalière d’Evaluation et de Traitement de la Douleur.

L’hypnose et vous : racontez-nous votre première rencontre.

Un disque 78 tours, animant un miroir magique, dans mon enfance !
« Bon Voyage Monsieur Dumollet » et « Quand trois poules vont au champ » ont allié  la chanson enfantine au dessin animé, au grand pouvoir hypnotique.

Quelles sont les grandes indications de l’hypnose en Consultation d’Evaluation et de Traitement de la Douleur ?

Tous les patients peuvent bénéficier de l’outil thérapeutique Hypnose.
La douleur chronique génère un état de stress, d’anxiété, une perception d’impuissance et de sidération, des troubles du sommeil…
L’Hypnose, en complément des thérapeutiques médicamenteuses, physiques et psychologiques, permet au patient douloureux de reprendre le contrôle de son corps, de ses émotions et ainsi de se remettre en mouvement.

Quelle place prend véritablement l’hypnose pour un médecin algologue au sein de sa consultation. Comment s’articule-t-elle au sein d’une équipe pluridisciplinaire ?

D’abord, l’hypnose conversationnelle, est capitale dans la mise en place de l’alliance thérapeutique ; elle permet aussi d’utiliser des métaphores, de raconter l’histoire de la  douleur en général afin que le patient puisse faire du lien et comprendre « la vraie histoire de sa douleur». L’apprentissage de l’autohypnose, dans un second temps, rend le patient autonome.
Il apprend à gérer la coloration émotionnelle et l’intensité de sa douleur.
Cet apprentissage se fait sous forme de stage de 5 séances ou en consultation individuelle.
L’équipe est formée à l’hypnose ; en particulier, lors d’évènements traumatiques, un travail en EMDR peut être réalisé auprès de notre psychologue.

La dernière fois que vous avez utilisé l’hypnose.

Lors de la 3éme séance du stage de formation des patients à l’autohypnose, nous avons appris deux techniques visant à réduire et à mettre à distance la douleur : le bouton de volume et l’exercice de l’objet dans la main.

Etes vous un cordonnier mal chaussé ? Ou l’autohypnose fait-elle partie de vos paires de souliers ?

Absolument, j’utilise l’autohypnose lors de gestes ou de situations potentiellement douloureux ou tout simplement, pour faciliter l’endormissement et passer une bonne nuit.

 


Portrait chinois de l’hypnose…

 

Si l’hypnose était une ville ?

Taizé, petit village de Bourgogne qui devient une ville lors de ses rassemblements œcuméniques.

Si l’hypnose était un objet ?

Le dernier roman de Fred Vargas et les bulles cérébrales du commissaire Adamsberg.

Si l’hypnose était une citation ?

Thomas Hardy dans Tess d’Urberville :    
«  Il suffit de fixer votre attention sur une étoile
 brillante et vous vous trouverez  bientôt très
loin de votre corps,  dont vous ne
semblerez  plus avoir besoin du  tout.  »

Si l’hypnose était un rêve ?

Une promenade à cheval, au galop, en bord de mer.

Si l’hypnose était un plat ?

Une crêpe chaude sucrée, fabriquée avec d’authentiques produits fermiers, avec une noisette de beurre salé baratté .

 


Le docteur CAZARD-FILIETTE dispense l’enseignement sur la douleur chronique en première année de formation à l’Hypnoanalgésie et Hypnose médicale.

Elle anime également un séminaire optionnel sur les douleurs chroniques rebelles chez l’adulte.

Elle est notamment co-auteur du livre « Vaincre la douleur par l’hypnose et l’autohypnose » aux éditions Vigot aux cotés d’Antoine BIOY et Chantal WOOD, paru en 2016.

Merci à elle pour ce partage sensible autour de l’hypnose et des perceptions.


Partager la publication

Imprimer
Dernière modification : 21 juin 2018
bef4309b8134617c3d27f3fcf97539af666666Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Centre de préférences de confidentialité