Vous êtes ici : IFH » Articles et thèses sur l’hypnose » Portraits d’hypnopraticiens » Portrait d’hypnopraticien – 5 questions à… Julie Morvan

Portrait d’hypnopraticien – 5 questions à… Julie Morvan

Julie Morvan, psychologue clinicienne

Julie Morvan, psychologue clinicienne, formatrice à l’Institut Français d’Hypnose, témoigne de sa pratique de l’hypnoanalgésie auprès des enfants.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai obtenu mon diplôme de psychologue clinicienne à l’Université de Paris X et dans le même temps je finissais ma première année de formation à l’hypnothérapie à l’IFH il y a de cela plus de douze ans maintenant.
Ma pratique de psychologue et celle d’hypnothérapeute ont donc toujours été très intriquées. L’une enrichit l’autre et réciproquement ; l’éclairage de la psychopathologie clinique pour l’une, la souplesse, l’adaptabilité dans l’écoute et le style d’accompagnement pour l’autre.
J’ai d’abord exercé 6 ans en libéral sur la ville de Poissy, puis Beauvais. 6 années d’une pratique intense et variée, essentiellement tournée vers la prise en charge de l’enfant, et de l’adolescent qui m’ont permis d’explorer et d’approfondir l’utilisation de l’hypnose en psychothérapie, dans le cadre privilégié d’un cabinet.
J’ai ensuite rejoint l’équipe des psychologues hospitaliers de la ville de Beauvais et exercé 6 ans en Unité d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, puis parallèlement en Unité d’Hospitalisation à Domicile. Celles-ci m’ont amenée à développer l’utilisation de l’hypnoanalgésie auprès de l’enfant et de l’adulte et à articuler mes interventions dans le cadre de la prise en charge globale des patients.
Riche de ces expériences libérale et hospitalière, et surement poussée par le vent Brestois, je me suis installée en tant que psychologue, hypnothérapeute à domicile pour l’accompagnement de personnes en perte d’autonomie (grossesses alitées, soins de suite à domicile, HAD..), souffrant de troubles invalidants (phobie, dépression, troubles anxieux…) contraintes professionnellement ou personnellement (aidants naturels, guidance parentale, assistantes maternelles…) ou désireuses de travailler en hypnoanalgésie (accouchement, soins dentaires, douleurs chroniques…)
Le travail est différent mais tout aussi possible et professionnel, l’adulte nous ouvre la porte de sa maison, l’enfant celle de sa chambre et le travail commence.
Je suis également formatrice à l’IFH et anime essentiellement les formations en hypnoanalgésie pédiatrique dans les soins hospitaliers.

Selon vous, quelles sont les indications centrales de l’hypnose chez l’enfant ?

Les douleurs iatrogènes, chroniques, les troubles psychosomatiques en particulier, les troubles psychiques, les difficultés de l’enfance en générale sont de bonnes indications de l’hypnose chez l’enfant.
En fin de compte, je pense que c’est l’Hypnose et ses inépuisables possibilités, son langage spécifique, son ouverture vers l’imaginaire, le merveilleux, le changement, qui représentent une formidable indication pour l’enfant. Et l’enfant un formidable sujet en hypnose !
Que ce soit dans le cadre de mon travail auprès des enfants, des adolescents ou de mon rôle de maman pour répondre au « bobo  » du corps et de l’âme du tous les jours, l’hypnose est un bel outil, une possibilité de réponse interactive et efficiente.

Distractions, hypnose, conte, etc. Les moyens ne manquent pas pour accompagner un enfant ! comment s’y retrouver parmi tout cela ? Auriez-vous des exemples d’accompagnement  » purement  » hypnotique.

Je compare souvent l’accompagnement hypnotique aux poupées russes.
Il y a la première poupée, la vitrine, visible par tous : parents, soignants. Elle est ce qu’elle est, pas forcement aussi jolie ou aussi grande que ce que l’on peut imaginer, souvent loin des représentations collectives de l’hypnose et peut être encore davantage quant il s’agit d’un enfant. C’est le temps de la rencontre et de l’installation de la bulle hypnotique.
Puis il y a la seconde poupée, celle du langage et des bases de la communication hypnotique, celle qui fait que la distraction  » attendue  » deviendra dissociation et permettra d’aller au-delà. Là encore on entendra des tournures de phrases un peu inhabituelles, une façon de proposer les choses un peu particulière sans pour autant déceler l’hypnose. C’est le temps de l’induction.
Puis s’en suivra une troisième, quatrième, cinquième… énième poupée :petite et discrète. Elles interviendront comme autant de techniques spécifiques (analgésie, métaphores, images métaphoriques) avec lesquelles seuls l’enfant et le praticien joueront vraiment. D’autres entendront une simple histoire, un joli conte et pourtant… C’est le temps du travail hypnotique.
Ainsi, une poupée en cache souvent une autre. Le travail en hypnose est alors surprenant dans la mesure où les suggestions, telles des poupées russes s’imbriquent discrètement les unes dans les autres le temps d’une rencontre ou sur plusieurs séances. Elles se découvrent au fil du travail, choisies par le thérapeute, co-construit avec l’enfant. C’est une technique pleine de finesse, qui reste souvent invisible pour une personne non initiée, mais devient un outil puissant pour le sujet concerné.

Comment gérer vous la place des parents dans la pratique de l’hypnose auprès de leur enfant ?

J’aime que l’enfant découvre d’abord l’hypnose, son hypnose, comme « un grand », indépendamment de l’action parentale. Ce qui l’accroche, ce qui lui parle, ce qui fonctionne pour lui.
Il m’arrive d’ailleurs souvent de présenter à l’enfant ce que l’on va faire ensemble en comparant notre travail à l’exploration d’un grenier plein de trésors comme ceux que l’on trouve dans les maisons des grands parents.
Il y a parfois un peu de bazar dans ce grenier, mais on finit toujours par trouver de beaux objets, une vieille malle dans laquelle on trouve des choses surprenantes.
Alors ensemble, on découvre, on explore, on invente des jeux.
Puis vient le moment où le plaisir, la fierté, les nouvelles possibilités sont telles, que l’enfant va chercher ses parents pour partager avec eux ses découvertes, ses nouveaux trésors.
Alors à ce moment là, le parent viendra écouter, apprendre de son enfant, partager avec lui, et jouer à ses nouveaux jeux, dont les règles, parfois insolites, seront détenues par l’enfant.

Quelles sont pour vous les grandes différences dans la pratique de l’hypnose en pédiatrie et celle pratiquée en secteur adulte ? Tous les enfants y sont-ils accessibles ?

La grande différence : Le merveilleux
La souplesse de la frontière entre réel et imaginaire et cette accessibilité simple et spontanée à la métaphore, à la poésie, à la pensée magique.
Un regard sur le monde qui s’avère être moins évident chez l’adulte, parfois absent, parfois lointain, parfois juste en sommeil !
Par ailleurs l’enfant approche l’hypnose avec confiance, de façon neutre, sans représentations particulières.
Là où l’adulte aimerait encore croire, espère, l’enfant croit sans retenue.
Et la différence en hypnose se situe peut être là.
Je pense que tous les enfants ont accès à l’hypnose, à nous adultes praticiens de nous reconnecter à l’enfance pour trouver les bonnes portes d’entrée. Et si la porte est trop petite, repensons à Alice et son cake magique et peut être arriverons nous à rapetisser suffisamment !


Le Portrait Chinois de l’Hypnose par Julie Morvan

Puisque nous parlons pédiatrie, voici un portrait chinois de l’hypnose qui devrait parler aux enfants.

Si l’hypnose était une œuvre d’art, quelle serait-elle ?
La femme au miroir de Pablo Picasso, 1932
Un reflet différent, un angle de vue nouveau.
Un dessin d’enfant…

Si l’hypnose était un personnage, quel serait-il ?
Alice au pays des Merveilles.

Si l’hypnose était un lieu, quel serait-il ?
Le royaume de for for lointain !

Si l’hypnose était un animal, quel serait-il ?
Une licorne.

Si l’hypnose était un élément de la nature quel serait-il ?
Un arc en ciel.

Si l’hypnose était une musique, quelle serait-elle ?
 » La chanson de la pluie  » dans Bambi.
Clap clip clap petite pluie d’avril tombe du ciel en jolis diamants,
Clap clip clap petite pluie d’avril ta mélodie est un enchantement, enchantement, enchantement…
Une musique qui illustre si bien la technique des 5 sens et la douce rythmicité hypnotique de la chanson pour enfant.

Si l’hypnose était un souhait, quel serait-il ?
Un monde ou tous les enfants, riches de ce bel apprentissage, conscients de leurs immenses ressources deviendraient des adultes plus acteurs de leur vie, plus libres.

 

>> Julie Morvan intervient dans nos sessions de formation aux techniques d’hypnoanalgésie en pédiatrie

Mise en ligne : octobre 2012

Partager la publication

Imprimer
Dernière modification : 22 janvier 2014
0d174e36218b87bd66a192e7093bd5a6YYYYYDo NOT follow this link or you will be banned from the site!